OMCFAA sur Facebook

Des nouvelles du Congrès International de "Foi et Joie" au Tchad du 24 au 30 janvier

Des nouvelles du Congrès International de "Foi et Joie" au Tchad du 24 au 30 janvier

Parmi les congressistes figuraient le Père Assistant Régional du Père Général pour l'Afrique, le Père Provincial de la province d'Afrique de l'Ouest, le Père Provincial du Madagascar, les Pères Présidents (sortant – Ignace Sugnol et entrant - Carlos Fritzen) de la fédération internationale de Fe y Alegria, le Père Directeur de la fondation Entreculturas, le Père Directeur adjoint de la fondation Alboan, et la Directrice de la fondation Porticus Afrique.

Le congrès s'est tenu en deux temps. Le premier fut la visite le 26 janvier à Mongo (500 km de Ndjamena vers le centre du Tchad) où se trouvent les oeuvres les plus significatives de Foi et Joie. Les congressistes ont été répartis en trois groupes. Le premier groupe a visité les ateliers de formation sociale du Foyer Saint Ignace à Margoro dans la région de Bitkine (60 km avant Mongo). Les congressistes y ont rencontré les mamans et les parents d'élèves auprès de qui ils ont mené une campagne pour la scolarisation des filles.

 

CHAD 6

 

Les deux autres groupes ont continué le voyage jusqu'à Mongo. Leur journée du lendemain a commencé avec la cérémonie officielle d'ouverture du congrès. Après le mot de bienvenue du Père Etienne Mborong sj, Directeur de Foi et Joie Tchad, S.E. Mgr l'Evêque du vicariat apostolique de Mongo a donné trois caractéristiques de l'Eglise du lieu. D'abord une Eglise des frontières : frontières géographiques, climatiques et religieuses qu'il faut traverser pour enrichir nos populations de nos expériences et travailler la main dans la main pour le développement de nos communautés. Ensuite une Eglise du dialogue. Au coeur de l'Eglise de Mongo il y a des dialogues de vie qui font de Mongo un oasis de paix. Enfin une Eglise de paix faite des personnes qui veulent bâtir le vivre ensemble par l'émulation spirituelle et pédagogique pour le développement à travers l'enseignement. Mgr l'Evêque a présenté Mongo comme une terre dans laquelle la semence de Foi et Joie a donné du fruit. Et l'Eglise a travaillé pour fertiliser cette terre.

Après sa chaleureuse salutation et cordiale bienvenue, le Gouverneur de la région de Guera a exprimé sa gratitude pour le choix porté sur le Tchad, Berceau de l'humanité, pour la tenue de ce congrès. Il a présenté la carte postale de la région de sa juridiction (23 régions, 58.956 km², 538.359 habitants dont 86% de la population est rurale). Il a souligné l'harmonie qui existe entre les confessions religieuses. Il a mentionné quelques difficultés que connaissent les institutions d'enseignement primaire, secondaire et universitaire : insuffisance d'écoles, manque d'éducateurs compétents et manque des ressources financières pour mieux organiser les écoles. Il a clôturé son propos avec la déclaration d'ouverture du congrès international Foi et Joie Tchad 2016.

Les deux groupes arrivés à Mongo se sont séparés pour des visites des oeuvres de Foi et Joie Tchad. Le premier groupe qui a visité Tchelati où Monsieur le Gouverneur a procédé à l'ouverture officielle d'une école primaire Foi et Joie et à la pose de la première pierre pour la construction d'un collège communautaire Foi et Joie.

 

CHAD 5

 

Le deuxième groupe a visité le village BIGA où Foi et Joie organise une école primaire et une école primaire en progression.

Les congressistes ont dialogué avec les élèves dans leurs classes respectives et ils ont eu des entretiens avec les élèves, les enseignants et les parents. On a constaté l'organisation dans cette école des classes multigrades : les élèves de 1ère et 2ème années sont ensemble, comme ceux de 3ème et 4ème primaires.

Le chef du village, le directeur de l'école, le président de l'association des parents hommes et la présidente de l'association des parents femmes se sont rejoints dans la gratitude pour la présence de Foi et Joie dans la formation des parents, des élèves et des enseignants.

Ils ont demandé des classes supplémentaires pour avoir une école primaire complète, et éventuellement une école secondaire. Ils ont exprimé les difficultés qu'ils éprouvent à prendre en charge les enseignants communautaires pour que chaque classe ait son enseignant en vue d'une éducation de qualité.

 En effet la plupart d'enfants de Biga ne font pas d'école secondaire pour plusieurs raisons : pas de tuteurs en ville pour accueillir les enfants, il y a des mariages précoces pour les filles, il y a des travaux des champs ou la garde des ovins/bovins pour les jeunes garçons. C'est ainsi que les villages voudraient organiser un enseignement complet pour leurs enfants.

 

CHAD 2

 

Les congressistes ont admiré dans l'organisation de Foi et Joie Tchad dans des dimensions concrètes : l'implication des parents, des enfants et des autorités dans la vie de l'école, la contribution des parents pour les constructions des écoles, la solidarité et l'unité des villageois pour le bien de l'école, les villages font des écoles leurs affaires. Les villageois ont souligné partout l'insuffisance d'enseignants communautaires, leur difficulté à prendre en charge les enseignants communautaires, leur problème d'eau et leur préoccupation des classes supplémentaires. On constate en même temps que la participation des parents est très faible alors que leurs attentes sont énormes. Les actions génératrices des revenus pourraient sans doute aider à se prendre en charge.

 

CHAD
Les trois groupes des congressistes se sont retrouvés à Mongo le soir pour les activités culturelles où ils ont assisté aux talents des jeunes à travers des jeux, saynètes, chants, déclamations et danses modernes et folkloriques.

Le 27 janvier matin, les congressistes se sont mis en route pour Ndjamena pour la tenue du congrès proprement dit.

 

> Lire la suite sur le site des Jésuites d'Afrique et de Madagascar

 

Voir la fiche du projet

Partagez cette actualité :

 

« Montrez-nous le chemin » : la nouvelle campagne de sensibilisation de JRS Europe Une délégation de l'OMCFAA à la rencontre de l'Île Rouge