OMCFAA sur Facebook

En Ethiopie, des réfugiés partagent leur histoire et expriment leurs préoccupations à un fonctionnaire supérieur des Nations Unies

En Ethiopie, des réfugiés partagent leur histoire et expriment leurs préoccupations à un fonctionnaire supérieur des Nations Unies

Des migrants de force du Burundi, de l'Erythrée, de la Somalie, du Soudan et du Yémen ont raconté à M. Lykketoft les histoires de leurs incroyables voyages vers la sécurité à Addis Ababa et ont exprimé les épreuves rencontrées quand on devient réfugié urbain, en particulier liées au problème des restrictions de l'emploi.

«Je vais emporter avec moi aux Nations Unies ce que vous me dites sur votre situation . Mais je peux vous assurer que votre situation et vos problèmes sont connus et sont au centre de ce que nous essayons de faire à l'ONU pour l'améliorer» a dit M. Lykketoft.

Le Centre du JRS offre un espace communautaire particulier pour des réfugiés urbains provenant de part et autre de l'Afrique et du Moyen Orient pour se réunir, étudier l'anglais et l'informatique, faire des sports et apprendre la musique; de plus, le Centre offre des services de conseil psycho-social ainsi que des crèches outre à de l'aide d'urgence pour les nouveaux arrivés.

«Nous étions très honorés de recevoir la visite de M. Lykketoft et de permettre aux réfugiés de partager leurs stimulantes histoires et importants messages avec lui. C'est le seul Centre pour réfugiés à Addis Ababa et nous sentons que l'espace où ils peuvent améliorer leur situation et apprendre est de valeur inestimable.» dit Atakelt Tesfay SJ, Directeur du JRS Ethiopie.

L'Ethiopie héberge actuellement plus de 700.000 réfugiés, plus que tout autre pays africain. Tandis qu'une grande partie du financement humanitaire et l'attention des médias se concentrent sur les déplacement en Europe, 86% des migrants de force vivent dans des pays en développement. Plus de la moitié des réfugiés dans le monde vivent dans des centres urbains.

Tandis que les guerres continuent dans les pays du monde du Sud et que les financements et l'espace nécessaire pour installer des centaines de personnes dans des camps pour réfugies deviennent plus rares, ces nombreuses quantités de déplacés de force dans des centres urbains de pays en développement augmenteront certainement. Le JRS espère qu'à travers des efforts concertés avec des partenaires humanitaires et des gouvernements, l'espace pour les réfugiés urbains, afin de ne pas seulement survivre, mais prospérer, la communauté urbaine continuera à se développer.

> Source : JRS International

Partagez cette actualité :

 

Prier avec les réfugiés en Thaïlande: l'accompagnement est la pierre d'angle du service De bonnes nouvelles pour deux Centres Catholiques Universitaires au Tchad