OMCFAA sur Facebook

LA MORT DU P. FRANS VAN DER LUGT

Le pape s'exprimait devant 45.000 fidèles réunis sous un ciel gris sur la place Saint-Pierre à l'occasion de l'audience générale hebdomadaire.

Rappelant que le jésuite néerlandais de 75 ans, abattu lundi de deux balles dans la tête dans la vieille ville de Homs, "était aimé et estimé par des chrétiens et des musulmans", Jorge Mario Bergoglio a dénoncé "sa brutale mise à mort". Elle "m'a rempli d'une profonde douleur et m'a fait penser à tant de gens qui souffrent et meurent dans ce pays martyr, la Syrie bien aimée, en proie depuis trop de temps à un sanglant conflit, qui continue à semer mort et destruction".

"Je pense aussi, a-t-il ajouté, aux nombreuses personnes enlevées, chrétiens et musulmans, syriens et d'autres pays, parmi lesquels des évêques et des prêtres".

Le pape argentin a lancé "un appel insistant aux responsables syriens et à la communauté internationale". "Je vous en prie, que les armes se taisent, qu'il soit mis fin à la violence! Plus de guerre, plus de destructions! Que le droit humanitaire soit respecté! Que la population qui a besoin d'aide humanitaire puisse être soignée et qu'on arrive à la paix désirée par le dialogue et la réconciliation!"

07/04/2014 -  Le Vatican salue le « grand courage » du jésuite néerlandais Frans Van der Lugt, assassiné à Homs

Ce matin, le Père Frans van der Lugt a été enlevé par des hommes armés et masqués dans notre résidence de Homs, en Syrie, où il vivait, et tué à coups d'arme à feu. D'origine hollandaise, le Père est né en 1938, entré dans la Compagnie de Jésus en 1958 et ordonné prêtre en 1971. Il se trouvait en Syrie depuis 1966. Malgré les dangers, il avait spontanément décidé de rester à Homs en solidarité avec les personnes qui n'avaient pu quitter la ville. Gardons-le présent en notre souvenir et notre prière.

http://www.sjweb.info

Le père Frans Van der Lugt, un prêtre néerlandais pris au piège dans la ville assiégée de Homs, au centre de la Syrie, raconte comment, autour de lui, des habitants "abandonnés" par la communauté internationale en viennent à perdre la raison à cause de la faim.

Ce jésuite de 75 ans, supérieur d'un monastère situé dans la vieille ville, décrit la bataille menée depuis deux ans par sa communauté dans un quartier en proie à la guerre et privé de vivres : "Notre ville est devenue une véritable jungle. Nous faisons de notre mieux pour agir fraternellement, de manière à ne pas nous retourner les uns contre les autres à cause de la faim."

http://www.omcfaa.org/article.php?id=50

«Le père Frans était un exemple pour chacun d'entre nous. Il ne se contentait pas de prêcher l'amour et la réconciliation, il les vivait au quotidien – dans l'humilité et la compassion pour tous – et ce jusqu'à son dernier souffle», a déclaré le père Peter Balleis, le Directeur International du JRS.

http://fr.jrs.net/news

«Le père Frans était un exemple pour chacun d'entre nous. Il ne se contentait pas de prêcher l'amour et la réconciliation, il les vivait au quotidien – dans l'humilité et la compassion pour tous – et ce jusqu'à son dernier souffle», a déclaré le père Peter Balleis, le Directeur International du JRS.

See more at: http://fr.jrs.net/news_detail?TN=NEWS-20140408014935&L=FR#sthash.HBoHkYf7.dpuf

Leggi di Più: Siria, Homs. Ucciso padre Frans van der Lugt | Tempi.it

Partagez cette actualité :

 

Syrie - Témoignage - JRS - Service jésuite des réfugiés "Le bon et le beau du quotidien" : témoignage d'Agnès, jeune volontaire Inigo en Côté d'Ivoire