OMCFAA sur Facebook

Nouvelles de Bangui - Centre Afrique

Bangui le 24 juillet 2013

Rafales de mitraillettes ici, braquages là-bas, bagarres rangées entre éléments de la Séléka ailleurs, Bangui vit encore les conséquences du coup d'Etat du 24 mars dernier. Pour décrire la situation qui prévaut dans la capitale centrafricaine, les commentateurs les plus alarmistes estiment qu'à « Bangui ne se sentent en sécurité que ceux qui possèdent une arme ». Vrai ou faux ? C'est un autre débat ! Ce que l'on sait par contre : bien que le calme ne soit pas totalement revenu, l'évolution de la situation donne une lueur d'espoir qui incite à la reprise des activités, notamment scolaires et parascolaires.
Ainsi, à l'instar de l'université d'Etat et des Instituts privés d'enseignements supérieurs qui ont renoué avec les cours, les jésuites, en mission en Centrafrique ont décidé de réouvrir discrètement un portail du Centre Catholique Universitaire (CCU). Le centre catholique accueille de nouveau les étudiants qui bénéficient de ses services. A mesure que la situation évoluera positivement sur le plan sécuritaire, toutes les activités devront progressivement reprendre. Le mardi 21 mai, la session du cours d'informatique a déjà été relancée à la satisfaction des étudiants qui ont salué le courage du directeur du centre.

Plus sous le coup de la peur. A Bangui, les populations ne veulent plus s'installer dans la peur et l'oisiveté. Beaucoup ont déjà commencé à vaquer à leurs occupations quotidiennes. Parmi ceux qui ont décidé de dompter la peur des mitraillettes figurent les étudiants qui collaborent au CCU. La matinée du 22 mai, ils étaient conviés à une assemblée générale du Centre d'Information d'Education et d'Ecoute (CIEE), la structure du CCU qui mobilise les étudiants dans le cadre de la lutte contre le sida en milieu universitaire. L'ordre de la rencontre proposait aux étudiants de discuter strictement de la possibilité de reprendre les activités de ladite structure. Retranchés, à huis-clos dans la salle E du CCU, les étudiants ont survolé l'ordre du jour de l'assemblée générale. Ils brûlaient d'envie de s'exprimer sur la crise que vit leur pays.

L'assemblée générale a été une occasion pour les uns et les autres d'exprimer la colère contre tous ceux qui jouent, dans certains quartiers de Bangui, les prolongations du coup d'Etat du 24 mars. Pour les étudiants, ceux-là sont des ennemis de la paix. Des paroles de frustration murmurées entre camarades étudiants, un débat houleux, la tension montait à chaque prise de parole. A les écouter s'exprimer, les étudiants ont donné l'impression d'imputer la responsabilité de la crise politico-militaire que traverse la RCA aux acteurs politiques. Ils les accusent surtout d'être «gourmands et orgueilleux». Avant de quitter le CCU, les collaborateurs du centre catholique (les étudiants) ont décrété à l'unanimité pour le 1er juin, la reprise officielle des activités du Centre d'Information d'Education et d'Ecoute (CIEE). Les étudiants se sentent prêts à relancer les activités de la sensibilisation de leurs camarades sur les risques de l'infection au VIH/SIDA.

Les écoles secondaires ont repris les cours, à Bangui. Malgré les appels répétés des nouvelles autorités politiques pour la reprise des cours dans les établissements scolaires du secondaire et du primaire, rares étaient les écoles qui avaient accepté de se plier aux consignes des nouvelles autorités politiques. Tous les établissements catholiques et publics de références, parmi lesquels les lycées Pie XII, Barthélémy Boganda et Saint Charles n'avaient pas repris les cours depuis la chute du général président, François Bozizé. Les autorités des établissements cités, ainsi que les parents d'élèves préféraient encore observer la situation sécuritaire. Sur un appel de l'archevêque de Bangui, le lundi 27 mai, les élèves des établissements scolaires catholiques et publics ont finalement repris le chemin de l'école, après quasiment deux mois de congé obligé. Dans la matinée du vendredi 24 mai, Mgr Dieudonné Nzapalaïnga avait, en prélude à cette deuxième rentrée scolaire de l'année scolaire 2012-2013, célébré à la cathédrale Notre Dame de l'Immaculée Conception de Bangui une messe pour la rentrée scolaire post coup d'Etat du 24 mars. A cette messe avait pris part : le corps enseignant des écoles catholiques, les élèves et les parents d'élèves. A Bangui, on espère maintenant que l'année scolaire sera sauvée.

Pierre Yèra BOUBANE, SJ

Partagez cette actualité :

 

Voyage au Liban du Père Général Echos et cris depuis le camp de Moria en Grèce avec le JRS Ellada