OMCFAA sur Facebook

SYRIE: Travailler pour la paix

Le père Ghassan Sahoui, directeur du Centre éducatif de Nouzha en a parlé sur les ondes de Radio Vatican : « Nous Jésuites, avec les religieuses et près de 100 collaborateurs, nous travaillons dans un centre éducatif d'aide humanitaire. Nous avons presque 700 enfants et adolescents de 6 à 14 ans et un Centre pour handicapés. Nous accueillons tout le monde, sans faire aucune différence de religion. Il y a des Chrétiens, Musulmans, Sunnites, Alawites. Nous vivons et sentons vraiment cette solidarité entre nous. Nous ne voulons plus la guerre : nous essayons tous de vivre et de nous aider malgré la guerre et la tristesse. Mais nous sentons une certaine joie à vivre ensemble, à combattre ensemble contre l'inimitié et la haine qui, hélas, en Syrie, ne cesse de monter entre tous les groupes. Il y a un exemple dans ce Centre, que nous utilisons un peu comme « pont »: nous travaillons ensemble pour l'homme, pour les enfants et les familles. On en trouve ici, chez nous: Ce Centre sert vraiment de pont entre les Sunnites et les Alawites. Nous chrétiens, comme toutes les autres personnes de bonne volonté, nous ne voulons que la paix. Ici nous essayons de mettre de côté le dialogue politique, les questions politiques, et tâchons de vivre et d'aider les gens sur le terrain, concrètement. Les armes doivent cesser, le sang doit cesser de couler car on ne peut pas vivre comme ça. Il y a tant de morts, toujours tant de victimes : ça suffit, ça suffit ! ».

Service Digital d'Information SJ
Vol. XVIII, n. 1 | 10 janvier 2014

Partagez cette actualité :

 

SUD SOUDAN: La situation des jésuites "Le bon et le beau du quotidien" : témoignage d'Agnès, jeune volontaire Inigo en Côté d'Ivoire