OMCFAA sur Facebook

Tremblement de terre au Népal, 27 avril

Tremblement de terre au Népal, 27 avril

27/04/2015 

   Samedi dernier, quelques minutes avant midi, un violent séisme a frappé le Népal. L'épicentre du séisme, qui a enregistré 7,8 sur l'échelle de Richter, s'est produit à mi-chemin entre Katmandou et la ville de Pokhara, dans le centre du Népal. Les décès et la destruction ont été signalés jusqu'au Tibet, le Bangladesh, le nord de l'Inde et le Bhoutan, mais les dommages majeurs ont été ici au Népal. 39 des 75 districts du Népal ont été gravement touchés et plus de 3000 morts et 6000 blessés graves ont été totalisés.
Le nombre total de victimes est sûr d'être beaucoup plus élevé. Le système mal développé de communication au Népal, et le manque de coordination du gouvernement, font que de nombreux décès ne seront jamais signalés. Le dimanche, à environ 13 heures après un choc enregistrant 6,6 a secoué de nouveau le pays. Des tremblements significatifs se sont produits à nouveau à 4h20 ce matin, lundi.

Bien que le gouvernement ait intensifié les efforts de sauvetage dans et autour de Katmandou, le manque d'équipement et d'accessibilité a rendu les opérations de sauvetage lente. Des centaines de personnes sont certainement toujours pris au piège à l'intérieur des décombres et des débris des bâtiments effondrés dans la capitale. De nombreux bâtiments historiques ont été réduits en poussière. Les rapports reçus à ce jour suggèrent que de nombreux villages perchés sur les flancs des montagnes sont dévastés ou ont du mal à faire face.

Le tremblement de terre a répandu l'horreur à partir de Katmandou dans les petits villages et les pentes du mont Everest, le déclenchement d'une avalanche qui a enseveli une partie du camp de base avec les grimpeurs étrangers qui se préparaient à faire leurs tentatives d'ascension du sommet. Au moins 18 personnes sont mortes et 61 ont été blessées.
Dans la capitale, le gouvernement a annoncé un traitement gratuit aux victimes. Mais les hôpitaux sont surpeuplés et beaucoup ne sont pas en mesure d'offrir un traitement. Les gens sont encore sous le choc et la peur que les répliques se poursuivent. La plupart des gens restent dans les lieux ouverts car ils craignent de retourner à leurs maisons partiellement endommagées.
Les routes principales dans et hors de Katmandou sont bloqués en raison des glissements de terrain provoqués par le tremblement de terre. Cela a empêché les équipes de secours qui ont essayé d'utiliser les sentiers de montagne pour atteindre ceux qui en ont besoin.

En ce moment l'aide est rendue plutôt d'une manière aléatoire qu'organisé. Les communautés locales et tous ceux qui ne sont pas touchés par le séisme sont impliqués dans les opérations de sauvetage. Népal Jesuit Society a réagi rapidement à cette terrible tragédie. Le collège Saint-Xavier a tendu la main à deux villages éloignés dans le district de Dhading en  fournissant aux villageois des bâches pour se faire de quoi dormir et des ressources alimentaire de base. Il y a une autre distribution de matériel de secours en cours dans le district de Kavre. Beaucoup de routes sont bloquées et il est donc difficile d'atteindre par la route de nombreux endroits. Nous espérons atteindre certains villages où les travaux de secours n'ont pas été faits jusqu'à présent. Pour cela, nous comptons sur votre aide et vos prières.

Les médias ont diffusé des images dramatiques de la destruction massive des temples de la vallée de Katmandou et des monuments religieux. Il est vrai qu'un certain nombre de sites historiques ont été réduits à des tas de gravats, avec beaucoup de briques et de tuiles traditionnelles des maisons de la ville. Un grand quartier près de la stupa Swayambhunath a été effacé, et le pont les reliant au centre-ville s'est effondrée.

Les dommages aux structures en béton armé, plus récemment construites, quoique moins évidents, est également significatif. Par conséquent, beaucoup de gens ont peur de dormir dans leurs maisons et des tentes ou abris de fortune ont été érigés dans des zones ouvertes pour les deux dernières nuits. Tout au long de la nuit, on a pu voir des gens tout simplement marcher dans les rues, ou blottis sous des couvertures sur le côté de la route, par manque d'abris. La pluie hors saison a fait chuter les températures nocturnes, en ajoutant à la misère des personnes déplacées.

L'attention des médias a été donnée aux avalanches sur le camp de base de l'Everest parce que les étrangers, bien équipées, sont en mesure d'envoyer des nouvelles via les médias sociaux; mais ce sont les ruraux pauvres dans les quartiers autour de l'épicentre qui souffrent plus profondément. La destruction des maisons dans les villages périphériques a été encore plus catastrophique que ces lieux figurant dans les nouvelles médiatiques.

Les écoles ont été déclarés fermées pendant cinq jours; et la plupart des commerces, les entreprises et les bureaux ne sont pas ré-ouverts. On ne sait pas à quel point la chaîne d'approvisionnement alimentaire à Katmandou a été perturbée. Les prix des légumes et des aliments de base ont déjà explosé. Le service téléphonique et l'électricité dans le coeur de la vallée de Katmandou sont progressivement de plus en plus disponibles, après une coupure complète le samedi. Le service est très intermittent. Heureusement, le haut débit 3G dans la région de la capitale est resté ouvert depuis le séisme, ce qui permet une certaine communication avec le monde extérieur via Internet.

La grande préoccupation est maintenant l'approvisionnement en eau et de la nourriture. Au fur et à mesure que les réserves de nourriture et d'eau stockées diminuent, la souffrance va augmenter. En plus de fournir des soins médicaux à ceux qui ont été gravement blessés, les équipes médicales sont préoccupées par les possibles arrivées de maladies, notamment le choléra, en raison des dommages subi par le système d'approvisionnement en eau.

Le petit aéroport de Katmandou est en flux tendu au rythme des avions transportant des fournitures d'urgence et des secouristes. Pendant ce temps de nombreux vols commerciaux continuent de fonctionner afin d'évacuer un grand nombre de touristes et randonneurs. Équipes de recherche et de sauvetage locales et internationales continuent de creuser à travers les vestiges de maisons effondrées, à la fois ici à Katmandou et dans les zones rurales, dans l'espoir de trouver des survivants avant que la durée sinistre de 72h ne soit écoulée. À ce jour, ils ont moins de 20 heures avant la date limite.

Une fois les opérations de sauvetage immédiats terminés, et les premiers soins d'urgence prévue pour les blessés les plus graves, les grands efforts de reprise se poursuivront pour ceux qui ont été sans abri, ou ont perdu leur bétail et autres moyens de subsistance. Il est essentiel que ceux des villages durement touchés, et non soumis à l'attention des médias, soient aidés.
Les Jésuites du Népal, avec d'autres communautés religieuses et le Vicariat du Népal, ont de la chance en ce que nous avons souffert aucune perte de vie ou blessures graves. Il y a eu des dommages aux bâtiments dans nos institutions. Lorsque le risque d'après-chocs est passé, nous évaluerons la situation de plus près, afin d'assurer la sécurité de ceux que nous instruisons et servons.

Les écoles et Collège Saint-Xavier et l'école St. Mary ont ouvert leurs bâtiments pour quiconque veut un abri.
Le soutien dans la prière, et une assistance matérielle de nos frères Jésuites et leurs collègues, l'église plus large, et le  grand public, sera d'une grande aide pour afin que nous fournissons l'aide à ceux dans le besoin immédiat, et commencer à aider le Népal à se remettre de l'impact dévastateur du tremblement de terre.
Notre équipe de base se réunit demain matin à 8 heures pour planifier le mécanisme avec le courrier électronique ID / Phone pour effectuer le travail, puis je vous enverrai d'autres détails. Evidemment, nous avons besoin de plus d'aide financière quand nous arriveront à la phase de réhabilitation. Nous attendons pour sélectionner les quelques domaines qui sont les plus touchés.
Merci pour vos prières,


Visitez notre page Facebook pour les dernières photos de notre travail. https://www.facebook.com/sjrelief4nep


Fr. Boniface Tigga, SJ
Supérieur régional, Région du Népal

Voir la fiche du projet

Partagez cette actualité :

 

Bilan du projet 2014 Aide aborigènes Tayal "Le bon et le beau du quotidien" : témoignage d'Agnès, jeune volontaire Inigo en Côté d'Ivoire