OMCFAA sur Facebook

Un philosophe à Santo Domingo

Un philosophe à Santo Domingo
Un philosophe à Santo Domingo

Après une quinzaine d'années d'enseignement de la philosophie à l'Université de Namur, je me suis rendu, à l'invitation d'amis jésuites, en République Dominicaine. Ce pays, qui occupe les 2/3 de l'île Hispaniola (le dernier tiers est Haïti), est doté de grandes richesses touristiques et d'un long passé colonial : la capitale, Santo Domingo, a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Son histoire politique est turbulente : guerres d'indépendance (notamment avec Haïti), longs règnes de despotes sanguinaires, dont Trujillo.

Outre la capitale, les jésuites sont présents en deux points de la frontière avec Haïti (Rimani plus au Sud et Darabon au Nord) et au centre du pays (le noviciat est près de Santiago). Les terrains apostoliques principaux procèdent d'un souci d' « aller aux frontières » : problématique de la migration et des migrants, dominée par les rapports très tendus avec le voisin haïtien ; responsabilité de paroisses situées dans les barrios ou quartiers d'extrême pauvreté ; le Centre Bonó implanté dans un barrio de la capitale et qui héberge l'Institut de philosophie et divers départements d'action et de réflexion ; le domaine de l'éducation, dont Fe y alegria, qui rassemble des communautés scolaires des quartiers pauvres, portées par la spiritualité et la pédagogie jésuites.

Mon lieu de travail est l'Institut de philosophie : une petite centaine d'étudiants s'y préparent au ministère sacerdotal dans différentes congrégations religieuses. Ma communauté regroupe les jeunes jésuites qui sont dans la première étape de leurs études (juvénat et philosophie), qui viennent surtout de Cuba, Haïti et République Dominicaine. L'enjeu est de les initier à la rigueur de la réflexion philosophique dans un cadre académique ouvert à toutes les modalités du savoir et de la culture (le programme contient une grande variété d'enseignements : des mathématiques à l'histoire, en passant par la littérature et les sciences humaines).

Quelle joie de pouvoir découvrir la même Compagnie, à travers des compagnons nourris par les Exercices et s'efforçant de discerner vers où Dieu les appelle dans l'immense diversité culturelle, sociale, politique et historique de cette si fascinante région !

Étienne Ganty sj

Partagez cette actualité :

 

Madagascar : vers une éducation de qualité "Saré Tamaïné", le mois d'août au Tchad