OMCFAA sur Facebook

Voeux du P. Angelo GHERARDI sj

Comme à Bethléem, petit village de bergers et de cultivateurs d'un jour lointain, aujourd'hui à Biobé et comme dans d'innombrables villages des campagnes, des montagnes ou des déserts, naissent, vivent et meurent des Fils des Homme-des Fils de Dieu laissés seuls, abandonnés loin des structures sanitaires des villes, il n'y a pas de place dans les choix, dans les cceurs des nantis.

Biobé, à 850 km de N'Djamena, j'y étais en 1959 au commencement de ma vie missionnaire au Tchad. .J'y suis retourné en 2008 et presque rien n'a changé en 50 ans : les routes sont restées inaccessibles en saison de pluies au cause du fleuve Salamat et du Lac lro qui inondent des kilomètres de zones et de routes qui relient ces régions à Kyabé, là où fonctionne l'hôpital du district. District Sanitaire qui couvre 200.000 habitants sur une zone de 100.000 km sans aucun transport public régulier, un seul médecin et une dizaine d'infirmiers aidés par des auxiliaires sanitaires qui prêtent généreusement leur assistance à cette immense population de cette immense région... Des camions viennent dans la semaine dans les villes pour vendre le poisson séché, le sucre, le sel, le pétrole pour  les lampes, les tissus et les autres articles aux Chefs Lieu. Et de là en moto, en vélo ou à dos d'âne des petits commerçants ambulants fournissent villages et hameaux quand les routes sont accessibles. Après 50 ans, j'ai visité à nouveau Boum Kebir à 120 km au nord de Kyabé, au bord du Lac Iro qui pendant 5 ou 6 mois inonde et isole cette population de l'Hôpital de District. Sur place il y a un Centre de Santé géré par un " infirmier " qui pendant quelques années avait travaillé comme manoeuvre dans un Hôpital et avait appris à faire des piqures, des bandages de plaies... J'ai eu à demander à l'accoucheuse locale : " Quand une femme doit accoucher par césarienne qu'arrive t-il ?" " Elle meurt " fut la réponse. Nous sommes au 21ème Siècle : tandis que quelque part les hommes de la planète terre sont capables d'aller sur la Lune, à Biobé les femmes risquent encore aujourd'hui de mourir pour donner la vie à leur enfant. Mais à partir de la nouvelle année, en mars 2014 précisément, à Biobé il n'en sera plus ainsi.

ll y a 2.000 ans des pauvres bergers et des grands rois sont venus à Bethléem... Depuis 2008 à aujourd'hui, des hommes et des femmes de partout, des petits, des grands, le Président du Tchad lui-même, Son Excellence Monsieur IDRISS DEBY ITNO, se sont solidarisés pour apporter à ces populations isolées et jusqu'ici démunies un Hôpital : L'Hôpital Le Bon Samaritain N'3. L'Hôpital Bon Samaritain N°1 de Goundi, l'Hôpital Bon Samaritain N°2 de Walia, la Faculté de Médecine Bon Samaritain de N'Djamena, les deux écoles d'infirmiers de Goundi et de Walia, les staffs médicaux, infirmiers et administrations de ces structures ont unis leurs forces, leurs connaissances et leurs expériences de 40 ans de service sanitaire en collaboration avec les compagnons du Bon samaritain du Tchad, d'Italie, de France, d'Espagne, de Suisse et du Liban pour venir porter à Biobé le don d'un Hôpital. L'Hôpital a été construit en 3 ans grâce à un financement présidentiel,  par une entreprise tchadienne.

E.T.C.G.R. , la population à participé pour la fabrication de briques et l'extraction de sable et gravier et les amis de l'extérieur ont réuni et envoyé par container ou par avion par la compagnie Cargo-Lux, à titre gracieux, des machines et du matériel d'équipement. L'Hôpital est constitué de 6 salles d'hospitalisation de 30 lits, une maternité, un bloc opératoire, une salle d'accouchement, un laboratoire d'analyse, un service de radio-échographie et un service de consultation et de soins ambulatoires. Pour compléter l'action hospitalière, 6 Centres de santé fonctionneront, situés entre 0 et 30 km de l'Hôpital et seront supervisés par ce dernier.  Conformément au système de Santé Intégré promu par l'OMS et adopté par le Ministère de la santé au Tchad qui a récemment érigé en District sanitaire cette région de Kyabé Nord. La population du District est évaluée à 60.000 habitants.

Le staff en charge du District Sanitaire est constitué de deux médecins italiens qui ont une expérience de 35 ans d'activité médicale en Afrique. L'un est spécialiste en chirurgie, en urologie et en Traumatologie, son épouse est spécialiste en Pédiatrie. Ils seront aidés par 3 étudiants de 7ème année de Médecine de la Faculté du Bon Samaritain. Après leur doctorat, ils prendront la responsabilité médicale de l'Hôpital et du District. Le corps infirmier sera constitué d'une dizaine d'infirmiers (|DE et ATS) et d'une vingtaine d'auxiliaires Sanitaires formés dans les Ecoles de Goundi et de Walia. Les dépenses de fonctionnement annuel sont évalués à 200 millions pour les premières années elles seront couvertes en partie par les contributions des malades,  et le reste par des subventions et des contributions publiques et privées nationales et extérieures des amis du Bon Samaritain.

P. Angelo Gherardi sj

Partagez cette actualité :

 

Message de Noël du Père Angelo GHERARDI sj "Le bon et le beau du quotidien" : témoignage d'Agnès, jeune volontaire Inigo en Côté d'Ivoire