OMCFAA sur Facebook

Échos d'un voyage au Liban

Échos d'un voyage au Liban

Du 10 au 14 avril, la Fondation OMCFAA a visité plusieurs projets au Liban, en compagnie de représentants du bureau suisse des missions, membre du réseau Xavier Network et financeur de ces projets, avec le JRS Moyen-Orient. Une occasion de rencontrer nos partenaires et de mieux connaître les réalisations financées dans cette région que la crise syrienne bouleverse depuis 2011.

Le JRS Moyen-Orient, au service des écoles et des familles

Plus d'un million de réfugiés syriens sont établis au Liban, qui compte une population de plus de six millions d'habitants. À Baalbek, sur 140 000 habitants, près de la moitié sont des réfugiés syriens. La directrice de l'école du JRS nous explique que l'entente est bonne entre les habitants et les réfugiés syriens. La population est cependant confrontée à une difficulté sur le marché du travail : les Syriens sont prêts à travailler pour de faibles revenus, ce qui conduit les Libanais à leur laisser les travaux les plus humbles. Certains propriétaires terriens, quant à eux, s'enrichissent en louant leurs terrains à des réfugiés qui y installent leurs tentes de fortune. La corruption reste présente dans cette région où se croisent l'argent de la guerre, l'argent de la drogue et celui de trafics en tout genre.

Beyrouth, Baalbek et la vallée de la Bekaa près de Taanayel sont les lieux d'implantation des écoles et des centres sociaux du JRS. Je visite les lieux, accompagné du Père Nawras Sammour, directeur régional du JRS Moyen-Orient, de la directrice du JRS Liban et des responsables de chaque site. Une occasion d'apprécier tout le travail mis en oeuvre au service des enfants – ils sont, sur les trois sites réunis, plus de 1 500, âgés de 5 à 15 ans – mais aussi auprès des familles puisque les mères et les pères bénéficient des services des centres sociaux qui les accompagnent tant dans l'éducation de leurs enfants que dans les relations interpersonnelles et l'apprentissage d'un savoir-faire. Les femmes peuvent ainsi gagner un peu d'argent grâce à la couture, à la coiffure ou au maquillage. Ces centres sociaux sont des lieux de convivialité et de rencontres très appréciés.

Le JRS Moyen-Orient a choisi de répondre à la crise, en orientant son action non plus vers l'urgence, comme en 2011, mais plutôt vers l'éducation et une action globale qui prend en compte enfants et familles. Ainsi, ces petites écoles accueillent entre 250 et 500 enfants, du jardin d'enfants au collège. La majorité des enfants sont syriens – bien que ces écoles accueillent 35 quelques Libanais. Année après année, ces écoles se développent, accompagnant le parcours de leurs élèves par la création d'une classe supplémentaire pour terminer le parcours scolaire. Il est en effet difficile pour ces élèves de rejoindre l'école publique où ils sont souvent méprisés et rejetés. Ils préfèrent bénéficier de l'accompagnement pédagogique et éducatif proposé par les équipes du JRS où l'attention et le respect ainsi que les règles pour la protection de l'enfance sont mises en pratique. De jeunes équipes de directeurs, d'enseignants et d'assistants sociaux animent ces écoles et centres sociaux – ils sont syriens, libanais, maronites, druzes, orthodoxes, chiites... Avec leurs différences, tous font équipe pour une même mission au service des réfugiés syriens, afin de les accueillir, de les servir et de les défendre. 

La voix de la femme libanaise

Créée en 1970 à Beyrouth par madame Lily Sara, l'association La voix de la femme libanaise a lancé en 1989 une vaste opération de parrainages scolaires grâce à la générosité et à la fidélité des donateurs de Belgique. Ainsi s'est établi le lien avec l'ASBL OEuvres Sociales et Éducatives des Jésuites au Tiers-Monde (OSEJTM). Près de 700 élèves inscrits dans les écoles catholiques de Beyrouth bénéficient d'un soutien tout au long de leur parcours de formation, du jardin d'enfants à l'université.

Madame Marie Sfeir, présidente de l'association depuis près de quatre ans, anime un  groupe d'une vingtaine de dames libanaises qui
gèrent un centre médico-social, dans le quartier populaire de Fanar, et un centre social dans celui de Chiah / Ain-El-Remmaneh. Ma visite, en tant qu'administrateur de l'OSEJTM, m'a permis de prendre la mesure des activités de l'association : celle-ci ne se limite pas aux parrainages mais accueille des jeunes, des mères de famille et des personnes du troisième âge, en proposant des activités de soutien scolaire, des activités culturelles ou plus variées telles que la cuisine, la couture et la sensibilisation à des questions de société.

P. Franck Delorme sj,
Vice-Président de l'OMCFAA

> Photo © JRS

> En savoir + sur l'action du JRS au Moyen-Orient

Voir la fiche du projet

Partagez cette actualité :

 

Au Timor oriental, l'engagement missionnaire des jésuites en faveur d'une instruction de qualité Témoignage de Samuel, volontaire au Cameroun avec Inigo Volontariat
Retour à la liste
des actualités
Don en ligne

Les projets

92 - SOUTIEN SYRIE - Santé

95 - SOLIDARITE ESIB, LIBAN - Formation / Culture

44 - Canton, Chine - Formation / Culture

Newsletters

Janvier 2017

Juillet 2016

Décembre 2015

Décembre 2014

Pour être tenu informé de nos dernières actualités, inscrivez-vous à notre lettre d'information

Je m'inscris à la newsletter