OMCFAA sur Facebook

Le monde compte plus de 70 millions de déplacés, un record selon l'ONU

Le monde compte plus de 70 millions de déplacés, un record selon l'ONU

Plus de 70 millions de personnes sont des déracinées dans le monde, un chiffre « record » que révèle le dernier rapport du haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies.

Déracinés, c'est-à-dire déplacés, réfugiés, demandeurs d'asile.

Les pays concernés sont entre autres la Colombie, la Syrie, l'Afghanistan, le Soudan du Sud, la Birmanie, la Bolivie, les Philippines, ou encore la Palestine, et au milieu de ces chiffres terribles, un plus encore, 1 déraciné sur 2 est un enfant.

Ce rapport pointe une augmentation importante du nombre d'enfants qui se déplacent seuls, d'un pays à un autre, indique Cécile Pouilly, porte-parole du haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés :

« Nous avons comptabilisé au moins 138 000 enfants non accompagnés ou séparés de leur famille qui ont dû fuir la violence, les conflits, les persécutions par eux-mêmes. Ce sont des enfants qui voyagent seuls, et qui sont donc confrontés à un grand risque en termes de sécurité. C'est une population qui nécessite beaucoup d'attention et de soutien. »

L'Afrique reste le continent le plus touché par cet afflux d'enfants réfugiés, comme en Ouganda, pays enclavé de l'Afrique de l'Est cerné par des pays en guerre.

« C'est en Ouganda qu'on voit proportionnellement le plus grand nombre d'enfants parmi les réfugiés. Plus de 41 000 d'entre eux sont séparés de leur famille ou non accompagnés. Cela les rend extrêmement vulnérables. Il y en a même qui sont tout petits, plus de 2 000 d'entre eux en Ouganda ont moins de 5 ans. »

Des enfants confrontés à de nombreux risques, violences, exploitations ou abus sexuels.

Concernant les régions et pays d'origine pour les réfugiés, les Palestiniens sont les plus nombreux, les autres réfugiés viennent de Syrie, d'Afghanistan, du Soudan du Sud, de Birmanie et de Somalie principalement. Pour les déplacés à l'intérieur de leur propre pays, les Colombiens et les Syriens sont les plus nombreux. Ce rapport est terrible mais pourrait l'être plus encore, car il ne tient pas compte de l'ampleur de l'exode des Vénézuéliens.

 

Source : France Inter

Photo : © Mamadou Traoré (Pixabay)

Partagez cette actualité :

 

Fe y Alegría: le Pape salue un mouvement d'éducation inclusif VISITE DU PÈRE GÉNÉRAL EN CORÉE, À MACAO, À HONG KONG, À TAÏWAN ET AU JAPON